Initiative d’élèves du BTS GEMEAU : Le retour de l’aquaponie !

Quatre élèves de GEMEAU 2, sont fiers de vous annoncer le lancement de la Serre d’aquaponie.
Afin de réduire les rejets d’eaux usées provenant de l’activité piscicole dans le milieu naturel, l’aquaponie contrairement à l’aquaculture permet de valoriser les différents éléments dont l’azote et le phosphore contenu dans les déjections des poissons.
Cette technique très ancienne consistant à associer l’élevage de poissons à des cultures végétales se développe à nouveau en France.

Il a débuté début novembre et se terminera en fin d’année scolaire avant les épreuves terminales. 
L’objectif de l’étude d’aquaponie 2021-2022 est de réaliser un élevage de poissons d’ornement d’espèces différentes (carpes Koï, poissons rouges, gardons…) en associant des cultures maraîchères.

De la mi-novembre jusqu’à maintenant, le projet a débuté par une longue phase de nettoyage et de remise en forme de la serre. Nous avons  également réalisé des recherches sur les conditions de milieux et les temps de séjour de l’eau dans les bassins. 

La prise de commande de plantes a été réalisée avant les vacances pour les végétaux et les poissons ont été commandés à la rentrée.
Les cultures de salades et de fraises sont déjà en place et les poissons sont en train de barboter dans leur bassin.

Nous vous tiendrons au courant de l’avancement du projet.

L’équipe d’aquaponie

“English farming week” pour les étudiants de 2ème année de BTS Productions Animales du Robillard

À cause de la situation sanitaire, ces étudiants n’ont pas pu faire les quatre semaines de stage dans un pays anglophone prévues dans la formation. Pour tenter de remplacer ce stage, ils ont consacré une semaine à parler d’agriculture en anglais…. en Normandie

Day 1 : Ferme des Noyers / Templar’s Choice

Le matin du lundi 13 décembre, nous avons visité la Ferme des Noyers située à Lisores. Elle compte aujourd’hui 13 hectares de vergers avec 3 100 arbres combinant des pommiers dits « basse-tiges » et des « hautes-tiges ». Tout cela, dans le respect des appellations IGP (Indication Géographique Protégée) et Agriculture Biologique. Ces exploitants sont arrivés en France il y a 30 ans, dans le but de produire leurs propres pommes à cidre. Pendant la période de récolte, chaque jour, ils en ramassent 7 à 8 tonnes. De plus, pour entretenir leur verger, ils possèdent 70 moutons. Nous avons été accueillis de manière très chaleureuse par Adam et Ann Bland qui nous ont proposé une dégustation de leurs différents cidres ainsi que des spécialités traditionnelles de Noël. (mince pie, mulled cider)

DAY 2 : INRAE du pin

Le mardi 14 décembre, nous avons rencontré Frédéric Launay, responsable du centre de recherche du Pin. Il nous a présenté en anglais la ferme expérimentale qui consacre ses 400 ha de prairies, ses 20 000m2 de bâtiments ainsi que ses 600 animaux aux expériences d’INRAE (Institut National de Recherche pour l’Agriculture, d’alimentation et d’environnement). Nous avons trouvé cette visite enrichissante en effet elle nous a permis de nous rendre compte des différentes expériences qui pouvaient être faites dans ce genre de structure.

Day 3 : Haras de Coulonces et Brigette’s farm

Le 15 décembre au matin, nous avons visité le haras de Coulonces situé près de Trun. Les propriétaires sont d’origine suédoise et se sont installés en France en 2004. C’est un haras de pur-sang Anglais avec une superficie de 44 ha d’ herbe composée de différents paddocks. La famille Sundström possède une vingtaine de juments et élève une quinzaine de poulains par an. Les étalons sont choisis dans des catalogues qui sont souvent situés à l’étranger notamment en Irlande. Moa la petite fille des propriétaires s’occupe entre autres de la préparation des chevaux pour les différentes ventes comme celle d’Arqana de Deauville. Nous remercions la famille Sundström pour son accueil chaleureux et ses explications claires et exhaustives.

Puis nous avons rencontré Brigette et Sébastien, propriétaires d’une ETA et d’un élevage de taurillons charolais situé à Macé dans l’Orne. Bridget est originaire d’Australie, elle était venue pour étudier le français et elle a rencontré son mari et s’est installée avec lui en France.
Ils ont regroupé deux fermes : la ferme familiale de Sébastien et celle de Brigette construite en 2019 pour agrandir l’élevage des taurillons. Deux salariés et 1 apprenti sont employés sur la ferme. Celle-ci regroupe 190 hectares où ils cultivent du colza, de l’orge, du maïs ensilage et épis, des pois, de la luzerne, du foin et de l’enrubannage.
Ils élèvent 250 taurillons de race charolaise à l’année divisé en trois bâtiments, un pour les plus jeunes, un intermédiaire et un de finition. Pour chaque bâtiment, il y a entre 80 et 85 taurillons. Les jeunes taurillons sont achetés à Agrial à l’âge de 7-8 mois et sont engraissés durant 19-24 mois soit 2 ans,puis ils sont revendus à Agrial. Les taurillons sont nourris avec une ration assez complète, constituée de maïs ensilage épi, d’enrubannage de luzerne et de concentrés sous forme de granulé.
L’ETA a été créée en 2013, lorsque Sébastien s’est installé car le revenu de la ferme n’était pas assez élevé. Le matériel est relativement moderne, ils sont également équipés de GPS pour les semis et la moisson.

Day 4 : BOVEC et GENUS

Le jeudi 16 décembre, nous avons rencontré deux techniciens BOVEC : Fabien DOUET et Marion PELCAT, une ancienne élève de BTSA PA du lycée le Robillard. Ils nous ont présenté l’entreprise BOVEC et ses objectifs ainsi que leurs missions pour l’amélioration des élevages laitiers et de la race Prim’Holstein.
BOVEC est spécialisée dans le conseil (reproduction et génétique) et dans la commercialisation de semences de taureaux de race Prim Holstein. De plus, l’entreprise propose des services tels que le GMS (Genetic Management System), le breeder tag (système de détection des chaleurs), le génotypage des vaches, etc…

Nous avons ensuite échangé par visioconférence avec Monsieur Phil Salkeld. Il travaille à travers le monde avec des fermes russes, africaines (Maroc, Nigeria) et européennes. Il est chargé d’améliorer les élevages à l’international et de former les éleveurs à l’IPE (Insémination Par l’Éleveur) par exemple. Afin que les éleveurs optimisent la reproduction dans leurs élevages, il réalise des tests sur différentes techniques concernant le placement de la semence, la détection des chaleurs et d’autres objectifs en lien avec la reproduction des vaches laitières.
Toutes ces exploitations sont différentes de celles rencontrées en France, de par le climat et les conduites d’élevages.

Merci aux techniciens d’avoir pris de leur temps pour venir nous expliquer leurs métiers. Merci à Phil Salkeld de nous avoir donné l’opportunité de partager son expérience.
Pour nous c’était une grande chance de pouvoir rencontrer des professionnels qui s’impliquent dans l’amélioration des élevages laitiers internationaux

Day 5 : Mise en commun des informations.

Les étudiants ont mis en commun leurs informations.

Toutes ces visites et interventions seront les supports de l’examen d’anglais en janvier prochain pour ces étudiants de BTS PA 2ème année.


Article rédigé par les étudiants de BTS Productions animales et Stéphanie Despréaux

Parage du troupeau au Robillard, avec les Terminales CGEA !

Le Lundi 6 Décembre 2021, la classe de Terminales CGEA, option Polyculture Élevage, a assisté aux parages des vaches normandes de l’exploitation par M. Christophe LELIEVRE. Ce pareur est en activité depuis 1993 ! Il exerce dans le secteur du Calvados.

Pour information, la corne du pied d’une vache pousse à hauteur d’1 cm par mois.

Le parage consiste à redonner une forme correcte au pied pour que l’usure soit homogène.

M. LELIEVRE nous a ensuite fait plusieurs démonstrations de parage, tout en commentant ce qu’il faisait. Il a notamment vu 2 vaches en particulier, celles qui partent au Salon de l’Agriculture avec Les Tâchetés de Normandie #TIEA2022 .

Il nous a expliqué plusieurs maladies du pied.

  • La Mortellaro : Il s’agit d’une maladie infectieuse causé par une bactérie, que l’on trouve principalement entre les 2 onglons.
  • La limace : Il s’agit d’une croissance de chaire entre les 2 onglons, qui en partie expliqué par la génétique (caractère héréditaire).
  • L’abcès, qui est une lésion dû à un choc ou un accident, sur le chemin d’accès par exemple.
  • Plusieurs lésions de la sole : la Fourbure, l’Ulcère et la Cerise. Il s’agit d’une accumulation de sang et de chaire dans le pied, qui cherche à sortir du pied.

Lors du parage, M. LELIEVRE a utilisé un produit en particulier, le Hoof Fit, qui est à base d’Aloe Vera, et sert à lutter contre les maladies infectieuses du pied (dermatites).

En élevage laitier, M. LELIEVRE nous préconise qu’une vache doit voir le pareur au moins 1 fois par an. En élevage allaitant, il existe moins de problèmes liés au pied, plutôt des déformations ou des fêlures du pied. En général, le pareur doit voir au moins 15 % du troupeau tous les ans, et si les vaches en ont besoin.

Article écrit par la classe de Terminales CGEA, option Polyculture Élevage.

Travaux pratiques : les BPA ont creusé une fosse pédago-pédologique sur l’exploitation du Robillard

Les apprentis en BPA TCEEA du CFA ont creusé la 3ème et dernière fosse pédago-pédologique sur l’exploitation du Robillard à l’aide de la nouvelle minipelle de 5t4. Après une fosse en sol forestier, une fosse en sol argileux, c’est le sol limoneux de la parcelle où se trouvent les cases lysimétriques qui est observable sur 1 mètre de profondeur.

À vos observations !

Laurent Gaultier, Formateur en sciences et agroéquipements

Journées Portes Ouvertes 2022

Les Journées Portes Ouvertes 2022 de l’établissement public agricole Le Robillard auront lieu les samedi 29 janvier (BTS et Licence pro) et samedi 12 mars (tous publics) de 9h00 à 17h00. 

Ces journées sont l’occasion pour les jeunes et leurs familles de découvrir le site du Robillard et d’aller à la rencontre de nos équipes pédagogiques pour se renseigner sur les différentes filières proposées au sein de notre établissement.

Le programme détaillé des animations prévues sera communiqué courant janvier.

Renseignements : 02 31 42 61 10

Gestion de l’eau, un secteur qui recrute !

Les BTSA GEMEAU de 1ère année sont maintenant convaincus par l’attractivité de la Gestion de l’eau et la diversité des métiers.

Mercredi 8 décembre, ils ont pu rencontrer les professionnels au 3ème forum Normand des métiers de l’eau. Collectivités, services de l’État et sociétés fermières étaient présents pour informer sur les métiers, les emplois actuels et les offres de stage. Ils en ont profité pour faire la visite intégrale de l’usine à l’usine de production d’eau potable de Louvigny, conduite par un ancien BTSA GEMEAU.

Vendredi 10 décembre, ils ont interviewé 4 anciens GEMEAU en postes actuellement avec déjà une solide expérience professionnelle :

  • Jean-François sorti en 2018, est technicien bocage dans le sud Manche pour lutter contre le ruissellement-érosion. Il anime et conseille pour mettre en place des haies sur talus, des mares tampon, des bandes enherbées, …
  • Seyni est technicien SPANC chez STGS autour de Saint LÔ. Il contrôle, conseils les particuliers sur leurs installations de traitement individuel.
  • Antoine est technicien de rivière depuis sa sortie en 2019.
  • Théo est responsable d’une usine de production d’eau potable chez Véolia, après avoir été technicien SPANC.

Merci aux professionnels de leur présence sur ce moment fort de la formation des BTS GEMEAU.

Philippe Beaufils, Coordonnateur BTSA GEMEAU

Broyage et labour : travaux pratiques pour les élèves de 1ère Agroéquipement !

Il y a quelques jours, les élèves de 1ère pro Agroéquipement ont réalisé un chantier sur une parcelle de l’exploitation du lycée.

Au programme :
 – Broyage du couvert végétal (moutarde, radis chinois et phacélie) qui s’était bien développé pendant l’automne. 
– Labour pour préparer le sol à passer l’hiver et dans le but d’implanter un maïs au printemps. 

Réglage des machines, organisation de chantier et conduite étaient au rendez-vous pour cette séance de TP, ainqi qu’un doublé de tracteur Valtra grâce à une « démonstration » avec les Ets Sotaert (merci à M. Lejeune).

Pierre Macé et Guillaume Bellemaison 

Sortie culture et orientation à Caen pour les élèves de Terminale Générale

Le jeudi 2 décembre, les élèves de Terminale Générale se sont rendus à Caen pour une journée dense et riche placée sous les signes de la culture et de l’orientation.

La matinée fut consacrée à un cours de philosophie à l’artothèque. Cette visite a été un parfait support pour C. Monpellier. Elle a ainsi pu amener les élèves à réfléchir sur la notion d’art en philosophie : comment définir une œuvre d’art ? Qu’est-ce que le « beau » ?…

En début d’après-midi, le groupe a été accueilli au pôle insertion et orientation de l’université de Caen. Les services étudiants ont été présentés aux élèves. Une dizaine d’étudiants de différentes licences (Sciences, droit, lettre, psycho, santé) sont venus présenter leurs formations et échanger avec les élèves. Ces temps d’échange sont importants et permettent de nourrir la réflexion des élèves quant à leurs projets
post-bac.

Accueillis par l’ENSI Caen, nos élèves ont terminé ’après-midi par une présentation des études en école d’ingénieur ainsi que le métier d’ingénieur. Un certain nombre d’élèves est intéressé par ce type de formation.

Enfin, la journée s’est conclue par un spectacle au théâtre de Cordes, Penthésilé.e.s amazonomachie, spectacle ardu qui n’a pas laissé les élèves insensibles.

Sophie Bataille, enseignante de Mathématiques

Taxe d’apprentissage 2022 : tout savoir sur le versement !

En 2020, les modalités de collecte de la taxe d’apprentissage (TA) ont évolué dans le cadre de la « Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel », dite « Loi Avenir ».

Modalités de financement de la taxe 2022

Depuis 2020, la taxe d’apprentissage est égale à 0,68 % de la masse salariale.
Cette somme est composée de 2 parties :

  • 87 % de la TA est versée aux OPCO (opérateurs de compétences)
  • 13 % est consacrée par l’employeur à des « dépenses libératoires directes »

Ce solde de 13 %, vous pouvez le verser directement au Lycée le Robillard habilité à les percevoir. Ainsi vous contribuerez à la formation des jeunes, au développement de nos centres de formation et renforcerez nos relations.

Comment procéder au versement ?

Votre taxe d’apprentissage doit être versée au lycée le Robillard avant le 31/05/2022 avec le code établissement 0141112H.

Vous avez la possibilité d’effectuer directement votre versement par :

  • chèque à l’ordre de l’agent comptable
  • ou par virement


Le bordereau de versement est disponible en cliquant sur le bouton ci-dessous :


Un reçu libératoire vous sera adressé en retour.

Vous retrouverez l’ensemble de ces informations sur la plaquette Taxe d’apprentissage consultable en cliquant sur le bouton ci-dessous :


Pour toute question, vous pouvez vous adresser à Brigitte NATIVELLE, secrétaire en charge de la taxe d’apprentissage au 02 31 83 83 58 ou par mail à brigitte.nativelle1@educagri.fr .

Blé tendre d’hiver : travaux pratiques pour les élèves de 1ère pro CGEA

Le jeudi 25 novembre, les élèves de 1ère bac pro CGEA (Conduite et Gestion des Entreprises Agricoles), dans le cadre de leur cours d’agronomie, sont allés observer une parcelle de blé tendre d’hiver de la ferme du Robillard. Ils ont déterminé le stade de la culture, effectué des comptages de levée, observé les adventices et les ravageurs/auxiliaires présents et la structure du sol.

Alice Guyonnard, enseignante en Agronomie