Travaux Pratiques Renforcés à la ferme pour les Secondes CEC

Lundi 5 février, les élèves de Seconde pro Conduite d’Élevage et de Cultures ont réalisé des Travaux Pratiques Renforcés (TPR) à la ferme du Robillard.

L’objectif de ces TPR, réalisés en demi groupe, était de réaliser un parc pour les veaux de moins de 2 mois, afin qu’ils puissent sortir de la nurserie dès leur plus jeune âge sans risque de s’échapper. 

Ces TPR ont été effectués en partenariat avec l’exploitation suite à une demande spécifique du chef de troupeau.

Les jeunes ont tiré les fils barbelés sur plusieurs étages pour délimiter l’enclos des veaux.

Bravo à nos élèves pour cette réalisation !

Retour sur la Journée Portes Ouvertes du 16 mars !

Le samedi 16 mars dernier, Le Robillard a eu le plaisir d’accueillir près de 1000 visiteurs lors de sa Journée Portes Ouvertes dédiée à tous les publics. Cet événement fut l’occasion pour les familles et les futurs apprenants de découvrir nos formations et de visiter nos installations dans une ambiance conviviale.

Toute la communauté éducative, ainsi que nos élèves, étudiants et apprentis bénévoles, étaient mobilisés pour répondre aux questions des visiteurs et les guider dans la découverte des différentes filières proposées par l’établissement.

Un défilé de vieilles machines agricoles, organisé à 11h et 16h par l’Association des vieilles mécaniques du Pays de Falaise, a rencontré un franc succès auprès des petits et des grands, tandis que les élèves de la section équestre parcouraient les allées du parc à cheval.

Nous sommes heureux de l’engouement suscité par cette JPO et espérons que nos visiteurs ont trouvé toutes les réponses à leurs questions. 

Merci à tous les participants pour leur présence et leur contribution à la réussite de cette journée !

N’hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire sur nos formations : Tél. : 02 31 42 61 10 – Mail : legta.le-robillard@educagri.fr

Visite de la minoterie Deslandes à Pont-Erambourg par les BTS ACD

Article rédigé par les étudiants de BTS Agronomie et Cultures Durables

Cette visite a été réalisée le 21 février dans le cadre de la pluri-activité du BTS ACD, afin d’illustrer les cours d’agronomie et d’économie. 

La minoterie Deslandes est une entreprise familiale fondée en 1890 à Saint-Pierre-du-Regard dans l’Orne. Aujourd’hui l’entreprise transforme 9000 tonnes par an de blé tendre en farine, ce qui représente 7000 tonnes de farine. 70% de la production est vendue aux artisans boulangers, le reste à la grande distribution.

Le site compte 13 cellules de stockage qui permettent de stocker 13 variétés de blé différentes afin de faire des assemblages adaptés à son usage (pain, viennoiserie, biscuiterie). Le moulin propose des farines de qualité (Label rouge, Appellation Biologique).

Zoom sur le process industriel :

5-6 camions par semaine viennent livrer le blé qui est acheminé dans les cellules. Chaque livraison fait l’objet d’une analyse de conformité. Différents critères sont testés : l’humidité, la protéine, le poids spécifique, le temps de chute, le gluten et la force boulangère…

Après 4 étapes de nettoyage, le blé est mouillé puis laissé au repos pendant 24 à 48h avant la transformation. Une partie de la farine est vendue en vrac, l’autre est conditionnée en sacs de 5, 10 ou 25 kilos. Le rendement meunier est d’environ 80%, le reste est valorisé en alimentation animale.

Retrouvez plus d’informations sur la minoterie Deslandes ici.

Visite de la coopérative de Teillage de Lin par les élèves de l’option EATDD

Lundi 19 février, les 42 élèves de 2nde GT de l’option EATDD ont visité la coopérative de Teillage de lin située dans la zone Caen Nord (proche de Verson). Cette usine – qui a dû déménager récemment faute de place – est en plein essor : en 2019, avant le Covid, elle teillait 3000 ha de lin contre 5500 ha actuellement ainsi que 600 ha de Chanvre. Elle regroupe 280 producteurs et emploie 35 salariés.

Culture très rémunératrice, la surface en lin cultivée dans le Calvados ne cesse de croître et ce d’autant plus rapidement que la fermeture de la sucrerie de Cagny a incité de nombreux agriculteurs locaux à trouver de nouvelles productions autres que la betterave sucrière.

La Normandie est la 1ère région productrice de lin fibre d’Europe car cette plante a besoin d’une terre riche, profonde et d’un climat tempéré et humide, conditions propices qu’elle retrouve chez nous. Cette culture surnommée parfois « L’Or Bleu » a aujourd’hui le vent en poupe. La demande mondiale explose ces dernières années car cette fibre est considérée comme naturelle et écologique. En effet, le lin ne nécessite pas d’irrigation, utilise peu d’engrais et ne produit aucun déchet, tous les coproduits étant valorisés. Le lin a de multiples usages : textile, papeterie, consommation alimentaire (huile, graines), détergents, peinture, litière animale, éco-construction, etc.

Une visite extrêmement intéressante pour nos élèves, car elle leur permet d’étudier une culture et une filière vertueuse qui intègre parfaitement les objectifs du développement durable : production locale et renouvelable, respect de l’environnement et rémunération correcte des producteurs.

Rédaction : Marie Pavy, professeure d’économie

Séance de Théâtre Forum en partenariat avec la MSA pour nos élèves et apprentis

Le 15 février, le Robillard a accueilli une séance de théâtre Forum avec la pièce “Comment ça va ?”. 

Ce débat théâtral était l’action phare d’un projet mené en partenariat avec la MSA, à l’initiative du projet, la maison des adolescents de Caen et l’association ESI 14, spécialiste de la lutte contre les addictions. Ce projet visait la prévention du mal-être agricole et a permis à des jeunes de la MFR de Saint Desir, aux apprentis de CAPA 2e année et aux lycéens des classes de 1ère professionnelles du Robillard de travailler sur la notion de bien-être avec des élus MSA et d’assister à une représentation de la compagnie entrées de jeu dans laquelle ils ont pu, eux aussi, être acteurs, réfléchir à des solutions positives pour les personnages des saynètes. 

Chaque jeune présent est reparti avec un document recensant les dispositifs d’appui auxquels ils peuvent faire appel pour eux, un ami ou un membre de leur famille.

Rédaction : Marianne Morel

La Journée de l’Agroécologie revient au Robillard le 28 mars !

Ouverts aux partenaires du territoire et au grand public, le “Printemps des Transitions 2024” est une initiative du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté Alimentaire pour rendre visibles et accessibles les transitions mises en œuvre dans les établissements initiées notamment dans le cadre du plan “Enseigner à Produire Autrement”.

Organisée le jeudi 28 mars de 14h30 à 17h30 au Robillard, la Journée de l’Agroécologie accueille professionnels et grand public. De nombreuses animations sont proposées sur différentes parties du site (exploitation, centre équestre, parc, parcelles, salles de classe, etc.) par les apprenants et leurs enseignants. Les services de restauration et d’entretien, ainsi que nos partenaires, assurent également des ateliers.

Ces animations s’articulent autour de huit grands thèmes : la haie, le développement durable, la biodiversité et le bien-être animal, la mare, l’eau, le sol, l’animal, l’agroécologie et les formations liées. Découvrez ci-dessous le programme de cette journée :

Quelques exemples d’animations prévues : présentation de l’exploitation et des matériels agricoles, Cap protéines, GIEE Bien vivre avec mon troupeau et LIT Ouesterel, GIEE FD CUMA, Herbomètre connecté, Trivial Pursuit de l’autonomie alimentaire, Projets d’Initiative et de Communication (espaces naturels sensibles, escape game sur les arbres), Exposition de l’IFCE autour du cheval (connaissance de l’animal et atouts pour l’environnement), Apiculture / pollinisation, Rapaces, Chauve-souris, Valorisation des bioressources, Restauration d’une mare, Produits locaux au réfectoire, Épidémiosurveillance BSV, Limitation ou valorisation des déchets, Optimisation du compostage avec les élèves écodélégués, Badges numériques, Aquaponie, Exposition “Dessine-moi l’écologie”, ateliers AET et EATDD, etc.

En soirée, nos apprenants assisteront à la présentation du film “les Gardiens du climat” en présence du réalisateur Erik Fretel.

Venez nombreux participer à cette journée inspirante !

Nouvelle étape franchie pour l’Aquaponie : l’arrivée des poissons et des légumes !

Article rédigé par Axel Ehrismann, Simon Bouquerel et MP, étudiants en BTSA GEMEAU 2e année.

Très attendus depuis le commencement du projet, les poissons et les végétaux sont maintenant bien installés sous la serre. Au cœur même du projet, ces êtres vivants font l’objet d’un suivi régulier afin de faire en sorte qu’il existe une bonne cohabitation entre eux.

La serre qui se remplit petit à petit.

Retour sur l’arrivée des poissons depuis la pisciculture.

Les poissons sont triés et attrapés par le pisciculteur afin de les mettre dans de grands sacs plastiques. Les sacs sont pesés puis remplis d’oxygène. S’ensuit un trajet en voiture pour le retour au lycée. Ainsi, nous débutons l’aquaponie avec 8 kg de masse de poissons de poids à peu près équivalent, au stade de truitelle. Le pisciculteur nous indique ensuite quelle quantité de nourriture donner en fonction de leur stade de croissance. Une première pesée est réalisée, une semaine après leur arrivée afin d’estimer le poids moyen par individu. Les pesées seront de fréquence hebdomadaire afin d’avoir un suivi précis.

Focus sur la pesée des truites.

Nous pesons environ une trentaine d’individus afin d’avoir un échantillon indicatif. Les truites sont mises en seau dans environ 25 L d’eau. Le seau est pesé avec toutes les truites grâce à un peson électrique puis on les pèse et les retire une par une du seau. On obtient le poids à la fin par soustraction. L’opération ne doit pas durer très longtemps car les truites sont sensibles au manque d’oxygène. Ces données sont compilées et analysées dans un fichier Excel. Cela permet de calculer le taux de croissance d’une semaine sur l’autre et de vérifier la bonne croissance des poissons. Pour ce faire, rien de tel qu’une bonne épuisette et de la dextérité! Les truites sont vivaces et se faufilent. Au bout d’un moment, on a le coup de main !

Merci à nos camarades qui nous aident !

Installation de nos légumes, la touche finale !

Les plantes sont essentielles en aquaponie afin d’absorber les nitrates. L’ammoniac, l’ammonium, les nitrites et les nitrates sont toxiques pour les truites au-delà d’un certain seuil. Ce dernier élément en revanche est très apprécié des plantes qui l’utilisent pour leur croissance. En DWC Deep Water Culture, littéralement “Culture en Eau Profonde”, les plantes sont en hydroponie. C’est-à-dire que leurs racines sont immergées dans l’eau et absorbent les nutriments qu’elle contient. La plante en elle-même est installée dans un panier hydroponique, coincé dans une plaque de polystyrène. Grâce à ce système, les racines peuvent plus facilement capter les nutriments qui sont disponibles en permanence, donc la plante ne fournit pas d’effort afin de trouver ces ressources ce qui permet une croissance rapide et une bonne production.

La suite de nos aventures au prochain article !

Merci de nous avoir lu !

Rencontre avec Pierre Alonso, journaliste, pour nos élèves de 1ère STAV

Début janvier, le Robillard a accueilli les Ateliers de l’Info, un rendez-vous essentiel pour sensibiliser les élèves aux questions d’actualité et leur donner les clés pour mieux comprendre le monde qui les entoure. Cette édition s’est articulée autour de deux temps forts :

Une exposition photographique d’Evgeniy Malolekta sur le siège de Marioupol. Du 8 au 12 janvier, les élèves et le personnel ont pu découvrir les clichés saisissants de ce photoreporter ukrainien, documentant la réalité tragique de la guerre dans cette ville.

Une rencontre avec Pierre Alonso, journaliste spécialiste de l’Ukraine et grand reporter pour Médiapart. Le jeudi 18 janvier, M. Alonso a partagé son expérience avec les élèves de 1ère STAV, leur offrant un éclairage précieux sur les événements en cours et les enjeux géopolitiques de la région.

Un grand merci à M. Alonso pour le temps qu’il a consacré à nos élèves et l’intérêt de son intervention !

Taxe d’apprentissage 2024 : soyez informés des nouveautés !

Le versement de la Taxe d’Apprentissage a évolué depuis 2023 !

Si vous souhaitez soutenir le Lycée agricole LE ROBILLARD en versant votre taxe d’apprentissage au lycée, notez dès maintenant cette évolution importante pour la bonne collecte et attribution de votre taxe :

Une nouvelle plateforme : SOLTéA

C’est via la plateforme SOLTéA, développée par la Caisse des Dépôts et Consignations, que vous pourrez affecter votre solde de la Taxe d’Apprentissage 2023 au Lycée agricole LE ROBILLARD.

Lorsque vous déclarez votre solde de taxe d’apprentissage en avril 2024 via la Déclaration Sociale Nominative (DSN), c’est le moment de se rendre également sur la plateforme SOLTéA afin de choisir l’établissement que vous souhaitez soutenir.

Le fléchage de l’école sur la plateforme : une étape cruciale

Afin de soutenir le Lycée agricole LE ROBILLARD avec le versement de la taxe d’apprentissage 2023, il est primordial de « flécher » le lycée sur la plateforme en suivant ces étapes :

  • Accéder à SOLTéA avec vos identifiants
  • Convertir le montant de votre solde en pourcentage
  • Cliquer sur le lien correspondant au Lycée agricole LE ROBILLARD.

Rappel des dates importantes :

Année de référence : 2023
Date limite de déclaration DSN : Avril 2024
Date limite de paiement URSSAF / MSA :
5 mai 2024 (pour les entreprises de plus de 50 salariés)
OU 15 mai 2024 (pour les entreprises de moins de 50 salariés)
Fléchage Le Lycée agricole LE ROBILLARD : à partir du 1er avril sur la plateforme SOLTéA de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)

Parce que votre soutien financier est essentiel pour le bon développement du lycée et la qualité de l’enseignement auprès de nos lycéens et étudiants !

La première collecte du solde de la taxe d’apprentissage débutera en avril 2024 via la Déclaration Sociale Nominative (DSN). Le solde de la taxe d’apprentissage sera désormais recouvré annuellement par les URSSAF et la MSA et puis reversé à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC). 

Le solde de la taxe d’apprentissage 2024 correspond à 0.09% de votre masse salariale brute 2023 et sera donc prélevé directement. 

Une fois prélevée, vous pouvez vous rendre sur la plateforme SOLTéA pour sélectionner, parmi les établissements habilités à recevoir des fonds, ceux auxquels vous souhaitez que votre taxe d’apprentissage soit reversée

En choisissant de nous attribuer le versement de votre taxe d’apprentissage, vous participez activement à la formation de nos lycéens et étudiants et leur accompagnement tout au long de leur parcours, vous favorisez l’accès égal et inclusif à l’enseignement supérieur et vous prenez part à notre engagement pour proposer une pédagogie innovante.

Vous retrouverez l’ensemble de ces informations sur la plaquette Taxe d’apprentissage consultable en cliquant sur le bouton ci-dessous :


Pour toute question, vous pouvez vous adresser à Sabrina LEPAULMIER, secrétaire en charge de la taxe d’apprentissage :
Tél. : 02 31 83 83 58
Mail : sabrina.le-paulmier@educagri.fr

Conférence au Dôme et visite du Fablab pour nos élèves de Seconde AE

Mardi 30 janvier, une vingtaine d’élèves de Seconde Agroéquipement, accompagnés par leurs professeurs Clara Monnier et Pierre Champeyrol, se sont rendus au Dôme à Caen pour assister à une conférence intitulée “Jeux Vidéos : à bas les idées reçues”.

Animée par Maud Lemercier-Dugarin, enseignante-chercheuse au Laboratoire de psychologie Caen Normandie (LPCN), cette rencontre “Grand témoin” a permis aux participants de se confronter à une question d’actualité : les jeux vidéo ont-ils une influence sur le comportement des jeunes ?

L’après-midi s’est ensuite poursuivie par une exploration du Fablab du Dôme, où les élèves ont pu découvrir des technologies de pointe et s’initier à des pratiques innovantes.

Une expérience riche en découvertes et en réflexions !

Retrouvez plus d’informations sur cette rencontre “Grand témoin”, organisée par le Dôme, la Région Normandie et le Rectorat de l’Académie de Normandie dans le lien suivant.